LattePanda – Première mise en route

Présentation

Dans la mouvance des single-board computers tels que Raspberry Pi et autres Beagle Boards, le LattePanda va essayer de se tailler une place.

La révision 1 du RaspberryPi: le pionnier du segment de marché des sbComputers!
La révision 1 du Raspberry Pi: le pionnier du segment de marché des sbComputers!

Commençons par planter le décor

Un single-board computer – ordinateur mono-carte en français – est une carte électronique de petite taille (similaire à un disque dur 2.5′ pouces) qui embarque l’intégralité des composants traditionnels d’un ordinateur:

  • Processeur (CPU)
  • Processeur graphique (GPU)
  • Mémoire vive (RAM)
  • Stockage de masse
  • Connectique et interfaces (USB, Ethernet, WiFi, Bluetooth, …)
  • Alimentation

Cette prouesse d’intégration et de miniaturisation a été rendue possible par l’arrivée sur le marchés de nouveaux composants: les SoC (System on Chip). Un SoC est ni plus ni moins qu’un gros composant électronique multifonction: il intègre la plupart des fonctionnalités énumérées ci-dessus dans le même morceaux de silicium. Vous les trouverez un peu partout: ils animent la quasi totalité des téléphones portables.

On le retrouve dans tout un tas d'appareils mobiles: http://www.nvidia.fr/object/tegra-phones-tablets-fr.html
Un exemple d’architecture SoC avec le nVidia Tegra

Les concepteurs des différentes cartes sbComputer (single-board computer) n’ont alors « plus qu’à » conditionner le SoC avec les circuits d’alimentation, d’horloge, d’interface, … en respectant la fiche technique du fabricant.

Entrons dans le détail

800px-Atom_logo_neu_01

Les premières cartes disponibles sur le marché, et encore de nombreuses aujourd’hui, étaient issues du monde libre: Les schémas sont disponibles gratuitement, le système d’exploitation est basé sur Linux, le processeur est un ARM. Ces paramètres se retrouvent sur la majorités des cartes existantes, du petit Raspberry Pi au volumineux Olinuxino A20 en passant par des versions plus spécifiques comme la Red Pitaya ou des systèmes professionnels comme les cRIO/sbRIO de National Instruments dédiés pour la mesure et le pilotage en milieu industriel. Ces derniers ne sont pas Open Sources mais découlent directement des travaux menés par le projet Yocto. Même l’Arduino s’y met avec sa version Yún.

La RedPitaya: un sbComputer orienté acquisition/traitement du signal
La RedPitaya: un sbComputer orienté acquisition/traitement du signal

Le concept est très intéressant et le facteur de forme de ces systèmes les rendent très attrayant pour les bidouilleurs. Cependant, leur limitations sont assez nombreuses: l’architecture ARM n’est pas très performante et restreint assez fortement le panel de logiciels disponibles, les distributions Linux peuvent s’avérer assez obscures à utiliser, les GPIOs (entrée/sorties à usage général) disponibles sur les cartes sont souvent directement issues de l’ARM ce qui rend le système assez chatouilleux aux perturbations extérieurs.

Le LattePanda: 4 cores, 4 Go de RAM et un Windows 10 !

Là où le LattePanda fait très fort, c’est sur l’architecture: processeur Intel Atom quatre cores, une version 64 bits disponible avec 4Go de RAM et 64Go de stockage de masse et un arduino léonardo en prime ! Une version 32 bits est également disponible (2Go de RAM et 32Go de stockage de masse).

Intel Atom x5 Z8300 = Processeur x86 + GPU Intel HD, autant dire que la plateforme est efficace.

La plateforme Intel Atom X5
La plateforme Intel Atom X5

Pour la connectique, on a le droit à:

  • 1 port USB 3.0
  • 2 ports USB 2.0
  • 1 port HDMI
  • 1 Ethernet Gigabit
  • 1 slot micro SD
  • 2 connecteurs pour l’écran tactile
  • 6 connecteurs 3 point offrant chacun une broche de l’arduino et une alimentation 5Vdc
  • 1 connecteur HE10 pour l’arduino
  • 1 connecteur pour le SPI de l’arduino
  • 1 connecteur pour 3 I2C et un UART de l’Intel Atom
Borniers du LattePanda
Brochage du LattePanda

Mise en route

Pour démarrer un LattePanda, il faut commencer par l’alimenter. Il lui faut du 5Vdc sous au moins 2A.

ATTENTION: Le LattePanda est particulièrement sensible au niveau de l’alimentation: une tension instable, un courant trop faible ou même simplement un câble de mauvaise qualité pourront facilement le faire planter en cours de route… Pour ma part, j’ai opté pour un pack de batteries Li-Ion 9Ah vendu par Décathlon. Il me donne environ 4H d’autonomie et assure une tension d’alimentation suffisamment propre pour le LattePanda. Son facteur de forme est également très intéressant.

A la mise sous tension, une LED rouge s’allume indiquant l’initialisation de la carte. Il faut attendre son extinction pour enfin pouvoir démarrer la bête par un appuie long sur le bouton « POWER ».

La batterie est un pack d'accu nomade acheté chez Décathlon au rayon randonnée. ses 9Ah devraient me donner quatre heures d'autonomie.
La batterie est un pack d’accu nomade acheté chez Décathlon au rayon randonnée. ses 9Ah devraient me donner quatre heures d’autonomie.

Windows 10 démarre tranquillement (surtout la première fois)… ou pas! Pour ma part, sur deux cartes, une s’est lamentablement plantée au premier boot. Pour les cas d’urgence, voir la section restauration du système de la doc en ligne. On y trouve un tas d’informations pertinentes et les images de restauration du système (une en 32 bits et une en 64 bits).

Je vous épargne le laïus sur le premier démarrage de Windows, la procédure est classique et le net fourmille de tutos adaptés (par exemple: https://www.justegeek.fr/premier-demarrage-sous-windows-10/).

L’emballage

Il est possible d’acheter un boitier avec votre LattePanda. A l’heure actuelle, deux boitiers officiels existent. Il s’agit de deux déclinaisons du même boitier, l’une en contreplaqué, l’autre en acrylique. Ayant eu des déboires avec l’acrylique sur un Raspberry Pi, je me suis orienté sur le contre-plaqué (le meilleur conducteur thermique du monde 😀 !!!).

Amateurs de casses-têtes, bienvenue ! L’assemblage du boitier tiens plus du jeu de construction qu’autre chose. Et la notice est digne d’un meuble Ikéa… Le résultat est robuste et fonctionnel.

Tout y est: le déport des boutons, le déport des LED avec des guides optiques, les fentes d’accès aux connecteurs, l’aération, … Le seule reproche à faire concerne l’intégration de l’écran tactile; il n’y en a aucune! Et les nappes de connexion de la dalle LCD sont TRÈS fragiles. Une solution est à l’étude…

Comparatif

Cet article ne serait pas complet sans le sempiternel comparatif entre les différents produits du marché. Je simplement en choir quelques-unes et mettre en regard leurs points forts.

Agrandir le tableau

 

2 thoughts on “LattePanda – Première mise en route

Laisser un commentaire